Une nouvelle chatbox a été mise en place, les invités sont les bienvenus Clique et entre sur discord

 :: Vicus Industria :: Blue Ornithogalum Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeunes mariés [pv Riner]

avatar
Usui Matsuda
Black Prince
Credit avatar : Google
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Sep - 16:13

Les rumeurs montaient vite dans les bureaux de Golden Pandore, mais comme j'étais au dernier étage j'étais toujours le dernier à le savoir. Aujourd'hui, la rumeur qui circulait était externe à mon entreprise. Un vieillard sans magie a réussi à ouvrir sa propre boutique, apparement un fleuriste. Il était peu commun de voir de t'elle gens s'aventurer dans une pareille emmerde, surtout qu'ils ne ferme bien souvent que très peu de temps après leur ouverture. Apparement celui-ci était déjà ouvert depuis trois jours. Trois jours : c'est le emps qu'il faut pour que la rumeur arrive à mon bureau, merci à ma chère secrétaire de tout me raconter au moment de manger. Il n'est pas rare que nous sortons manger à midi dans le petit bar à frite du coin, ainsi pendant ce court moment elle a le droit de me tuttoyer, pendant ce court moment nous sommes amis, c'est la meilleure façon d'entretenir une bonne relation et d'être au courant de tout dans son entreprise, surtout que c'est important.

« Ce soir vous n'aurez aucun rendez-vous, rentrez vous reposer.
-Reposer ? C'est quoi ça ? Ce soir je vais profiter de ce repos pour aller voir ce nouveau fleuriste alors ne me mettez pas de rendez-vous de dernière minutes je vous prie. »

Et c'est sur ces paroles que ma secrétaire avait hochait la tête et qu'elle était sortie de mon bureau. La journée avait rapidement passée, je n'avais eu que quelque rendez-vous, pourtant comme toujours, même si je ne suis pas au travail, je travail. Alors que je suis dans ma voiture noire aux vitres teintes et conduit par mon chauffeur, je pianote sur mon téléphone. Tantôt  je réponds au dernier message, de mon dernier client, tantôt je regarde sur internet les rumeurs sur le jeune PDG Matsuda. Toujours autant de conneries, le jour où les journalistes cesseront d'être dans le faux, alors, je commencerais à les respecter et peut-être j'envisagerai de leur donner un interview. En attendant ils peuvent bien se mettre l'exclusivité là où je pense : dans un trou noir et profond, mais surtout noir.

Tout défile très vite et rapidement mon chauffeur m'annonce mon arrivé à destination. Je replace ma cravate bleu nuit et ma veste de costume aussi bleu, assortis à mon pantalon de costume habituel et ma chemise blanche. Je regarde Moon qui me dit que je suis encore un putain de pigeon a acheté aux pauvres et je me met à rire.

« En attendant de nous deux c'est toi qui a les plumes sale rapace »

J'ouvre la porte de la fameuse boutique Blue Ornithogalum et la clochette au dessus de la porte retentit. Je me demande pourquoi il l'a appelé comme ça ? Serait-ce le nom d'une fleur ? De sa fleur favorite ? Je regardais les fleurs disposaient un peu de partout, ce que j'adore chez un fleuriste c'est que l'odeur est agréable et reposante, contrairement à l'odeur de mon entreprise qui sent le parfum et la transpiration... Un parfum à la transpiration. J'approchais mon nez d'une fleur bleu à l'effet glacé et sa douce odeur caressait mes narines. Un délice. Moon continuait de m'emmerder à dire des conneries, mais j'ignorais ses imbécilités. Je t'emmerde aussi le piaf. Je riais de ces anneries et mes yeux venaient se poser sur un homme plutôt grand. Je m'approchais de lui sans savoir s'il m'avait déjà repéré ou non.

« Vous êtes le vendeur je suppose ? Bonjour, je suis Matsuda Usui. J'ai une commande à vous faire pour la fin du mois »

Et alors que j'essai de parler au vendeur aux yeux émeraude Moon n'arrête pas de m'appeler, de s'exciter, de battre des ailes et de mettre des plumes de partout. Qu'est-ce qu'il a à s'exciter ainsi ? Je commence à m'agacer et me frotte les tempes avant de tourner brusquement la tête vers Moon.

« Quoi ?! Tu ne vois pas que je suis en train de parler ?! Tu coupes la parole maintenant c'est nouveau ?!
-C'est lui !
-Hein ?
-C'est lui !!
-C'est lui ? »

Je me tourne vers l'homme en silence. J'ai bien compris ce que venait de me dire mon idiot de familier. Cet homme serait mon âme-soeur ? Sérieux ? Je le regarde de haut en bas, je le détaille, j'apprends à connaître son physique. C'est vrai qu'il n'est pas moche et je ne déteste pas les hommes, mais je me souviens encore quand ma jolie blonde était censée être mon âme sœur. De plus ce type a l'air très... dominant... Et de dominant ensemble c'est censé donner quoi ? Un feu d'artifice ? Après peut-être que je me trompe, mais peut-être que non... Comment vas-t-on faire ? Je regarde mon familier et le familer du brun puis de nouveau mon familier.

« Bon je sais, tout ça peut-être très rapide, mais du coup tu peux m'appeler Usui. Il faut que tu me donnes une date de libre, comme j'ai des bonnes connaissances on pourras préparer le mariage rapidement. Plus vite c'est fait et mieux se sera. Pour mon créneau de libre j'ai demain ou le weekend ou le soir tu préfères quoi ? » 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riner Doss
Flower Geek
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Sep - 18:40

Une journée banale, ni trop belle, ni trop moche, il ne fait pas chaud mais il ne pleut pas non plus. C'est une journée dont les gens profitent pour sortir de chez eux et faire quelque chose de leur vie ... du moins ceux qui ne travaillent pas.

Mais pour toi ... toi mon gars, pas de bol. Enfin, on dit ça, mais tu kiffes le fait que tu puisses enfin vivre de ta passion, alors tu t'en tapes de devoir travailler.
C'est le matin, il est 7h et tu ouvres les portes de ton magasin. Tu ouvres les volets et sort le tapis d'accueil. Pour l'instant tu ne peux pas allumer de lumière et tu te contentes donc de fleurs luminescentes (elles restent efficaces quand même, dans leur quantité) mais tu te tâtes sérieusement pour embaucher un novice juste pour avoir de la lumière !

Tu ne peux pas t'empêcher de sourire en vérifiant que l'eau est encore fraiche partout où elle doit l'être. Si tu ne te sentirais pas ridicule en le faisant, tu couinerais de plaisir face au fait que ton rêve commence à se réaliser.

Edgy se trouve sur le comptoir de payement, impatient que tu le mettes dans la terre derrière ce dernier. Tu as en effet fait installer un petit terroir derrière le comptoir où ton ami peut se divertir pendant que tu sers les clients. La plupart des herbes aromatiques poussent là, également, aidées par ton petit hérisson.

Tu regardes autour de toi et tu vois bien que certaines parties de ton magasin font un peu vide. Croisant les bras et portant une de tes mains à ton visage, tu tapotes de l'index contre ta joue. Devrais-tu mettre quelque chose comme des canapés pour servir du thé à tes clients ? Peut être même faire du thé toi même et en vendre ? Du thé au fleurs ! En voilà une bonne idée !

Tu te précipites vers ton calepin à idées histoire de réfléchir à la logistique que ce genre de chose demanderait. Alors que tu finis en bas pour en calculer le cout complet, la sonnette de ta porte sonne. Ah, voila le premier client de la journée. Avec un sourire, tu vas voir si tu peux aider cette personne et c'est ainsi que commence ta journée.


C'est le soir et tu vois que ça va bientôt être l'heure de fermeture. Tu ne te précipites pas, il y a toujours des clients tardifs, qui plus est, les fleurs nocturnes ne commencent qu'à s'ouvrir.

Tu ne crois pas si bien dire, parce qu'alors que les Nocturnaa s'ouvrent, un homme entre dans ton magasin. C'est un bel homme qui fait sonner la clochette à vent et qui regarde autour de lui avec un désintérêt sophistiqué qui te fais te demander ce qu'il fait là, au juste ...

"Bonjour ~" tu t'approches de l'homme avec un sourire et celui-ci s'approche de toi en retour.

Il s'adresse à toi en des termes qui te font un peu plus sourire. Tu es bien sûr qu'il ne s'agit pas d'un Rebellis comme toi, là. Ne serait-ce que par sa commande: « Vous êtes le vendeur je suppose ? Bonjour, je suis Matsuda Usui. J'ai une commande à vous faire pour la fin du mois ».

"Oh!" tu lui souris en fermant à moitié les yeux. "Ce n'est pas un problème, si vous voulez bien me suivre ? " tu lui demandes en te dirigeant vers le comptoir pour prendre la commande.

Edgy se laisse tomber sur le comptoir et fixe de ses petits yeux le couple Homme/Oiseau qui semble s'agiter face à toi. Parce que le temps que tu sortes ton livret de commande, ces deux là ont commencé à ... danser ?

"..." tu décides de ne rien dire et d'attendre patiemment que ce client ait fini d'être bizarre. Edgy se cale contre ta main avec un petit ronflement/couinement tout en te jetant un regard en coin (est ce que les hérissons peuvent sourire ? Parce que si c'est le cas, celui là se paye ta tronche).

Tu t’apprêtes à aborder la question quand l'homme, Mr Usui ?, se remet à te parler. Après un regard de bas en haut assez rude, tu dois bien le remarquer...

« Bon je sais, tout ça peut-être très rapide, mais du coup tu peux m'appeler Usui.» il te dit sur un air d'autorité. Ah ? Vraiment ? Ça sort d'où ça ?

"Mr. Usui-" tu essaies de le couper, mais la locomotive est partie et il ne semble pas vouloir cesser de parler.

« Il faut que tu me donnes une date de libre, comme j'ai des bonnes connaissances on pourras préparer le mariage rapidement. Plus vite c'est fait et mieux se sera. Pour mon créneau de libre j'ai demain ou le weekend ou le soir tu préfères quoi ? » il continu comme si vous aviez élevé les cochons volant ensemble. Tu sens un tic attaquer ton œil droit, tu as envie de le remettre à sa place, mais c'est un client, alors tu vas y aller doucement.

C'est avec un sourire un peu crispé du coup, que tu lui réponds.

"Veuillez ne pas vous adresser à moi de manière aussi familière je vous prie, nous ne nous connaissons pas après tout. Qui plus est, je travaille toute la semaine et je n'ai malheureusement pas de temps à vous consacrer (excluant votre commande, cela va de soi). Maintenant ... " tu lèves ton calepin et pose ton stylo dessus "Vous m'aviez dis vouloir passer commande ?" tu termines avec uns sourire professionnel.

Edgy se roule sur le dos, toujours sur le comptoir, et tu vois bien qu'il se fend la poire. Mais pourquoi ... tu ne peux que t'en douter, et pour tout dire, cet homme ne fait pas bon impression au premier abord ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Usui Matsuda
Black Prince
Credit avatar : Google
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Sep - 13:07

Je regardais Moon alors que celui-ci me regardait dans les yeux. Nous ne savions que répondre, que dire ?! Le mâle face à nous n'avait pas l'air d'avoir compris qu'il était celui avec qui j'allais scellé mes pouvoirs et s'il avait comprit alors il ne voulait pas le croire. J'étais sans doute trop direct, le mariage pouvait être effrayant pour certaine personne et plus encore si celui-ci était du même sexe. Pandimesmus était du genre d'un sadique à obtenir tout ce qu'il voulait par la force et il lui arrivait de rendre des hétéro gay. Si ce n'était que ça, mais ce n'st pas le cas ; il riait parfois d'unir les couples les plus improbables : vieux-jeunes, voleurs-policiers, riches-pauvres, gentils-sadiques et j'en passe bien d'autres.

Je cherchais dans ma poche cette carte de visite que j'avais prévue de lui donner suite à cette commande, en même temps mon regard se portait sur le petit hérisson qui n'avait pas l'air d'agir comme Moon et j'en venais à me demander : et si cet imbécile d'oiseau c'était simplement trompé ? Je jetais un regard noir à Moon qui avait sans doute compris le pourquoi du comment et celui-ci volait jusqu'au comptoir pour parler au hérisson. Une fois la carte emprisonnée entre mon index et mon majeur, je sortais celle-ci pour la tendre au vendeur et me racler la gorge.

« J'organise une grande fête toutes les fins du mois. Il faudrait que vous me décoriez la salle, mais aussi que vous créiez une cinquantaine de bouquet de fleurs. Je n'ai pas de demande particulière, utilisez toutes les fleurs qui vous font passé au célibat et à l'âme-soeur. Surtout à l'âme-soeur. »


Fallait-il que je le laisse un peu le temps de mettre tout ça au clair ? Fallait-il que je le laisse filer ? Que je laisse mon âme-soeur fuir sans avoir la certitude de la revoir un jour ? Pour moi qui avait toujours eu tout sur un plateau d'or, qui n'avait qu'à claquer des doigts pour avoir ce que je désirais pourquoi Pandimesmus avait-il décidé de me mettre une personne qui a l'air inaccessible ? Dieu de mes deux, jouer était sa seule motivation et nous en étions les pions ! Je décidais de poser une bonne liasse sur le comptoir.

« Vous aurez le reste dès que votre travail sera terminé. Moon vient. »

Je n'allais pas abandonner, je n'allais pas laisser mon âme-soeur m'échapper. L'année de Rebellis approche et si je perds mes pouvoirs, je perds tout. Ainsi je sombrerai dans le néant le plus total. L'hibou volait jusqu'à mon épaule sans savoir ce que je foutais. Il m'engueulait, mais ce qu'il ne savait pas c'est que cet instant serait le dernier instant « calme » pour ce jeune Rebellis. Dès qu'il mettrait un pied en extérieur il m'appartiendrait et son avis m’importerait peu.

C'est une fois la porte passée que j'appelais trois de mes gardes qui ne me servent habituellement que lors de mes soirées. Ce soir leur mission allait être différente. J'attendais devant la porte et ce n'est que cinq minutes après que les gardes encerclent celle-ci. Mon chauffeur quant à lui est sur son siège près à partir. Est-ce qu'on pouvait appeler ça un enlèvement ? Ça le serait seulement si le brun refuserait de m'écouter et cela commencerait par cette simple phrase :

« Tu es mon âme-soeur que tu le veuilles ou non. Ton hérisson a sans doute du te le dire alors ne fait pas l'ignorant. Nous irons nous marier et si tu ne peux pas dans la semaine alors ce sera samedi. »


Ainsi j'attendrai sa réponse. S'il refuse alors il ira dans ma voiture et je le cloîtrerai chez moi jusqu'à samedi : jour du mariage. D'ici là j'essaierai de me faire aimer. Car se faire détester par son complémentaire serait comme se détester soit même. Une vie de haine mènerai sans doute à la mort bien plus rapidement que prévue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Riner Doss
Flower Geek
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Oct - 11:57

Il semblerait que l'homme ait compris la leçon, parce qu'il en revient à votre discussion.
Il te demande des fleure parlant du célibat et les âmes soeur et tu te demandes s'il se moque de toi où s'il te provoque. Tu prends la carte qu'il te tend, et d'un geste expert tu l’agrafe à sa feuille de commande, pour ne pas la perdre.

"Une cinquantaine de bouquets ~ Est ce que vous désirez un coeur de table pour aller avec ? Ils sont très populaire en ce moment pour ce qui est grandes célébrations ! " tu continue tout en souriant, ne t'énervant pas de la provocation que tu peux voir dans cette demande.

Ton œil tique quand tu vois la liasse de billet sur ton comptoir. Cet homme n'a jamais entendu parlé de la discrétion ? Poser autant de fric d'un seul coup comme ça c'est demander aux voleur de passer se servir ! Réprimant un soupir, tu hoches la tête et t'empares de l'argent pour le glisser dans une pochette que tu mets dans le coffre à fond avant de fermer le tout à clef. Tu compteras plus tard pour savoir quoi faire comme bouquets avec.

Tu regardes l'homme partir et tu sais que ce n'est pas la dernière fois que tu vas le voir. Tu peux le sentir dans l'air et le voir sur son dos crispé. Tu plisses des yeux en le voyant franchir la porte et entrer dans sa voiture de luxe, mais le véhicule ne part pas ...

Tu as une mauvais pressentiment ...


"Je pense que tout est bon ! " tu dis à Edgy en prenant ce dernier et en le posant sur ton épaule.

Les fleures fluorescentes brillent toujours, mais cela va durer toute la nuit et c'est leur role. Ça permet aussi aux gens qui passe dans la rue de voir dans ton magasin, ce qui te fait une certaine pub gratuite. Tu n'as pas peur de te faire voler, après tout le vitrage est renforcé et
la caisse vidée chaque jour. Qui volerait un magasin de fleure, faut vraiment être débile ...

Tu vérifies encore une fois que tout est bien en place avant de sortir de ton lieu de travail et de tout fermer à clef. En te retournant, tu la vois, toujours là. Ça ne fait pas énormément de temps que ton visiteur est sorti de ta boutique, donc tu t'y attendait (surtout que tu pouvais la voir à travers la vitre) mais tu soupires quand même de dépit en voyant la voiture de ton client toujours présente.

Mais tu redresses le torse et carres les épaules et tu décides d'avancer d'un pas décidé pour rentrer chez toi. Tu vas pas te laisser faire, tu n'est pas une carpette !

Resserrant ton manteau et grognant légèrement, tu entâmes ton chemin de retour. Tu espères que tout ça ne va pas mal finir ...

Edgy, quand lui, ne quitte pas la voiture des yeux, s'étant retourné sur ton épaules. Tu peux entendre le petit ricanement qu'il relâche de temps en temps. Tu sais que dans cette voiture il y a ton âme sœur, mais quand même ! Y a des limite à la grossièreté !! Tu ne va pas plier le genou aussi facilement, ça ils peuvent en être sûr ...

Et quand il te dirait que tu n'avais pas le choix et que tu devais le suivre, parce que tu étais sûr qu'un gosse pourris gâté comme celui là le ferait, tu lui feras un doigt et tu lui diras bien clairement :

"Est ce que j'ai l'air d'un abrutis ? Si tu veux quelque chose de moi commence déjà par demander poliment, on en reparleras quand t'auras appris les bonnes manières ! " avec un grondement sourd montant de ta poitrine, qui ne prend naissance en toi que lorsque tu es en colère. Non, tu ne te laisseras pas faire ... il a intérêt à s'attendre à une bagarre s'il veut te forcer ...
HS: sorry si c'est court, je ferai mieux la prochaine fois TTwTT
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anima Amaturae :: Vicus Industria :: Blue Ornithogalum-
Sauter vers: